Discutons ensemble!
+1 438 600-0063

Bernard Chalk
1 avril 2020

Le marché de la traduction à Montréal

Le marché canadien de la traduction est en pleine effervescence. De ce fait, les entreprises montréalaises sont en bonne position pour se tailler une part des revenus et prospérer.

L’avantage de Montréal

Puisqu’elles exercent leurs activités dans un pays bilingue, les entreprises de traduction du Canada peuvent naturellement tirer le meilleur parti de cette situation avantageuse. La Loi sur les langues officielles de 1969 est une loi fédérale qui a institué l’anglais et le français comme langues officielles au Canada, ce qui a créé une forte demande dans le secteur de la traduction. Or, environ 90 % de la traduction au Canada implique le français et l’anglais.

Ce n’est pas tout : les traducteurs professionnels du Québec en tirent un plus grand avantage encore. La Charte de la langue française définit le français, langue parlée par plus de 75 % de la population québécoise, comme étant la langue officielle de la province. Par conséquent, les entreprises du Québec ont l’obligation d’utiliser le français dans toutes les sphères de leurs activités. La loi exige que la langue française soit représentée partout et en tout temps, autant pour les étiquettes de produits que pour les contenus Web et marketing.

La demande de services de traduction au Québec est ainsi extrêmement forte. Le Canada détient environ 10 % du marché mondial de la traduction, et près de la moitié de l’industrie canadienne est établie au Québec. À elle seule, la province représente environ 2,5 milliards de dollars.

Il n’est pas surprenant que les entreprises de traduction affluent vers Montréal. La différence marquée entre le français européen et le français québécois constitue un avantage considérable pour les travailleurs du marché canadien. En tant que spécialistes de ce segment cible, les entreprises de traduction du Québec peuvent détenir le monopole sur le marché canadien, avec la certitude que les entreprises européennes n’auront pas les compétences linguistiques nécessaires pour pénétrer ce segment très particulier, mais florissant.

Les entreprises québécoises ont ainsi une longueur d’avance évidente sur leurs concurrents. OXO Innovation, dont le siège social se trouve à Montréal, figure parmi les entreprises qui ont prospéré grâce à ces lois linguistiques. Elle se classe au troisième rang des entreprises de traduction au Québec, et ne cesse de prendre de l’expansion.

Montréal, plaque tournante de la technologie numérique

Bien que le contexte législatif québécois crée un terreau fertile pour les cabinets de services linguistiques montréalais comme OXO Innovation, il ne saurait expliquer ce succès à lui seul.

La technologie numérique ne cesse de créer de nouvelles possibilités pour les traducteurs. Heureusement, Montréal est un carrefour mondial de la recherche en intelligence artificielle. Facebook, Google et Samsung investissent maintenant dans le secteur de l’IA à Montréal. L’économie de Montréal a également pu profiter de la décision prise par le gouvernement provincial, c’est-à-dire de largement subventionner les emplois dans l’industrie du jeu vidéo. De ce fait, la ville est devenue le foyer de certains des plus grands concepteurs et éditeurs de jeux vidéo au monde. Ubisoft, EA, BioWare et Eidos ne sont que quelques-unes des entreprises qui se sont maintenant établies à Montréal, et leur secteur dépend des entreprises de traduction pour mener à bien leur travail. De plus, les jeux vidéo créés par ces entreprises sont des superproductions qui coûtent des dizaines de millions de dollars. Le Québec compte près de 30 % de tous les studios de jeux au Canada, pour des dépenses annuelles totalisant 1,14 milliard de dollars.

Puisque les entreprises de jeux vidéo disposent de suffisamment d’argent à investir dans le développement, le marché de la traduction bénéficiera inévitablement des retombées positives de l’industrie du jeu vidéo sur l’économie montréalaise.

L’évolution démographique peut faire progresser les entreprises montréalaises

Au cours du premier mandat du premier ministre Trudeau, le nombre de personnes migrantes entrant au Canada a augmenté de 50 000 par année, selon Statistique Canada. Le Recensement de 2016 indique que 14,5 % de la population immigrante du Canada, soit près de 1,1 million de personnes, réside au Québec.

Le fait que Montréal soit une ville ciblée par les migrants n’est pas surprenant. La ville offre des emplois intéressants et bien rémunérés ainsi que des loyers abordables, ce qui donne à ses citoyens une qualité de vie exceptionnelle. Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait été classée deuxième « ville de rêve » au monde pour la génération Y en 2018.

Les migrants canadiens, qui maîtrisent souvent plusieurs langues, peuvent contribuer à la croissance de l’industrie de la traduction à Montréal. Puisque l’espagnol et le mandarin sont des langues de plus en plus en demande pour combler les besoins des entreprises internationales, les agences de Montréal doivent étendre leurs services de traduction pour répondre à cette demande. La communauté chinoise représente maintenant 8,6 % de la population immigrante au Canada, constituant ainsi le deuxième groupe ethnique en importance au pays. Si les entreprises de traduction peuvent recourir aux compétences des Canadiens nés à l’étranger, elles pourront alors tirer parti des possibilités que leur offre la mondialisation.

La mondialisation du marché canadien a engendré de nouvelles possibilités quant aux services de traduction. Pour refléter cette tendance, certaines entreprises ont choisi de prendre de l’expansion à l’extérieur du pays pour pénétrer de nouveaux marchés. Par exemple, en plus d’avoir pignon sur rue à Montréal et à Sherbrooke, au Québec, OXO Innovation compte des bureaux à Rio de Janeiro, au Brésil, ainsi qu’à Casablanca, au Maroc. Ces nouveaux marchés exigent que les traducteurs maîtrisent d’autres langues que le français et l’anglais; les Montréalais nés à l’étranger possèdent donc des atouts majeurs dans cette situation.

Montréal attire les investisseurs

OXO Innovation figure parmi les plus importantes entreprises de traduction à Montréal. Traductions Serge Bélair (TRSB) et Versacom ont également connu du succès au cours des dernières années. Ces deux entreprises comptent environ 150 employés chacune et un chiffre d’affaires annuel de plus de 15 millions de dollars, ce qui témoigne de la qualité et de la richesse de la main-d’œuvre de traduction de Montréal.

Les employés de TRSB, l’un des plus grands cabinets de traduction au Canada, ont propulsé la croissance de l’entreprise vers de nouveaux sommets étonnants; l’entreprise a connu une croissance impressionnante de 25 % chaque année depuis les cinq dernières années. Sa croissance n’est pas passée inaperçue aux yeux des investisseurs. Le succès que connaît TRSB a permis de conclure un accord de restructuration de capital de 50 millions de dollars avec la société américaine de financement par capitaux propres Hammond, Kennedy, Whitney & Company en décembre 2019. Grâce à cet accord, TRSB pourra pénétrer de nouveaux marchés. Les entreprises telles que Versacom et OXO Innovation sont elles aussi bien placées pour conclure des accords similaires prochainement.

L’avenir de la traduction à Montréal

La forte croissance de la technologie numérique à Montréal a créé une nouvelle vague de demande de services de traduction et aura inévitablement des retombées positives sur le développement des services de traduction dans la ville.

L’évolution démographique que connaît Montréal offre également aux entreprises de traduction la possibilité de profiter d’un marché de plus en plus mondialisé. Par conséquent, les agences de traduction sont manifestement tenues d’offrir des services de traduction multilingue.

Bien que les entreprises doivent s’adapter à l’évolution du marché, les traducteurs du Québec peuvent se montrer optimistes quant à l’avenir de leur profession. Grâce aux sociétés de financement par capitaux propres qui manifestent leur intérêt pour aider les entreprises florissantes à conquérir de nouveaux marchés, les langagiers montréalais peuvent envisager un avenir prometteur.

Retour au blogue